Ca sent le ROSI (Return On Social Investment) pour les médias sociaux

Dans le cadre d'une série de dossiers sur les médias sociaux, voici un article d'emarketer sur  la mesure du ROI des actions sur cet environnement très hype en ce moment (environnement qui est aussi à coup sûr une tendance de fond du emarketing).

Quelques chiffres effrayants étayent l'article: seulement 16% des annonceurs auraient mesuré le ROI de leurs actions sur les médias sociaux en 2009 ou encore entre 58 et 88% des annonceurs, selon les études, utiliseraient le trafic sur leur site comme indicateur par défaut.

Des chiffres certes effrayants mais qui s'expliquent par la récence de cette catégorie de points de contacts pour laquelle la courbe d'expérience n'en n'est encore qu'à ses débuts.

Alors que mesurer sur les médias sociaux? Pour répondre à cette question il faut d'abord bien sûr définir le ou les objectifs marketing/communication auxquels peuvent répondre les médias sociaux et les KPI qui leurs sont associés.

Certains sites de social média ont aujourd'hui des audiences de masse (cas surtout de Facebook, colossal carrefour d'audience en devenir). Un premier objectif basique à poursuivre peut donc être un objectif de notoriété.

Mais les médias sociaux sont probablement différenciants pour les marques dans leur capacité à constituer une plateforme de conversation entre les marques et les individus. Ils sont probablement très adaptés pour dynamiser des programmes de Prospects Relationships Management et de Customers Relationships Management.

Ils peuvent donc servir des objectifs d'engagement à la marque. De bons indicateurs dans ce cadre peuvent être sur Facebook le nombre de membres sur une fan page de la marque, le volume et le taux d'interaction avec celle ci (commentaires, réactions à un post).

Dans le cadre clé pour les réseaux sociaux de programmes CRM, des objectifs de fidélisation avec des indicateurs du type évolution du taux de clients fidèles ou life time value, seront probablement importants aussi.

Des objectifs de business immédiat peuvent être aussi poursuivis (Dell par exemple ayant montré qu'on pouvait vendre via Twitter notamment). Auquel cas des KPI tels que le volume de clients ou le coût d'acquisition client, le CA, le % CA généré, seront des indicateurs adaptés.

2 réflexions au sujet de « Ca sent le ROSI (Return On Social Investment) pour les médias sociaux »

  1. yo
    et si simplement, il y avait une limite à la mesure et que l’over-tracking soit juste un bon alibi d’agences pour rendre ses clients dépendants à une data à moitié molle (le 2éme meilleur ami de mon ami, soit quelqu’un que je ne connais pas, à cliquer sur un lien que j’ai recommandé etc etc…, ce qui fait de lui un meilleur influencer que mon ami, qui, par défaut, n’est pas un vrai ami car n’a pas réagi au lien que j’ai recommandé donc, au final, que mon meilleur ami n’a pas les memes gouts que moi…
    Dingue, non ?? tout n’est pas tribu même si beaucoup de choses doivent encore se dérouler sur FB..
    ++

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s